Éditions VillaRrose
Nouveautés

mars 2020 :

Ces deux publications associées, dont une nouvelle collection, ont pour intention de faire connaître une écrivaine célèbre au XIXe siècle, Dora d’Istria (1828-1888), nom de plume de la princesse Elena Ghica. Outre ses talents littéraires et linguistiques (elle maîtrisait neuf langues et avait traduit l’Iliade du grec à l’allemand), elle se distingua par ses engagements politiques et féministes et incarna de façon précoce l’idéal féminin européen.

°°°



En 1879, dix ans avant Le Rameau d’Or, l’ouvrage de référence de l’anthropologue James Frazer, Dora d’Istria écrit Le Surnaturel dans le monde végétal, texte dans lequel elle rassemble de nombreux exemples de croyances et de rites dans le monde entier, pour mettre en évidence l’importance de l’interaction entre végétal et surnaturel.
Selon le principe de la collection, cette étude est ici prolongée par une analyse approfondie de Philippe Blon, anthropologue et historien contemporain, qui choisit de démontrer l’influence majeure du monde végétal dans l’Énéide de Virgile.
Cédric Rivrain a fait, spécialement pour ces deux ouvrages, des portraits de Dora d’Istria inspirés de peintures anciennes.

Le Surnaturel dans le monde végétal, par Dora d’Istria
105 x 165 mm
144 pages / 11 illustrations dont 3 de Cédric Rivrain
isbn-978-2-9543646-5-0
14 euros





La nouvelle collection Apostille se présente comme un complément de la collection de référence dont elle développe un aspect particulier d’ordre biographique ou critique. Le Marquis de Villemer (Charles Yriarte) a publié ce portrait de Dora d’Istria en 1870, texte dans lequel il exprime son admiration non sans humour pour cette femme remarquable.

Dora d’Istria, par Le Marquis de Villemer (Charles Yriarte)
105 x 140 mm
32 pages, 2 illustrations de Cédric Rivrain
isbn-978-2-9543646-4-3
8 euros